DSC01454

Ancienne Belgique

Le jeudi 15 mai 2014 

J’ai beau explorer les moindres recoins de ma mémoire, j’éprouve beaucoup de peine à me remémorer un concert au cours duquel le chaudron de l’Ancienne Belgique a bouillonné avec autant de ferveur. Dès leur entrée en scène, les musiciens de Détroit – Bruno Green (claviers), Guillaume Perron (batterie), Nicolas Boyer (guitare), Pascal Humbert (basse, contrebasse, guitare) – et Bertrand Cantat ont été accueillis par un tonnerre d’applaudissements. Signe évident que la présence de Bertrand Cantat a manqué pendant plus de dix ans non seulement aux fans de Noir Désir mais aussi au rock en général. 

Pendant le concert, à deux ou trois reprises, de longues acclamations salueront à nouveau le retour de Cantat sur les routes et, dans le cas présent, sur une scène belge. Un accueil auquel ce dernier répondra avec autant de sobriété que d’émotion par quelques simples « merci beaucoup », quelques gestes de la main droite contre sa poitrine, à hauteur du cœur, et ensuite d’une phrase : « c’est un grand plaisir d’être avec vous, c’est un grand honneur de jouer en Belgique... »

Sur une setlist de dix-sept titres, Détroit a défendu huit morceaux de son propre répertoire, extraits de l’album « Horizon », et neuf tirés du copieux répertoire de Noir Désir. Même si l’ombre de l’emblématique groupe de rock français plane belle et bien sur la salle bruxelloise, les nouvelles compositions du duo que Bertrand Cantat forme avec Pascal Humbert fascinent elles aussi l’assistance et emporte l’adhésion du public. « Ma Muse », « Horizon », « Droit dans le soleil » ou « Ange de Désolation » bluffent le public par leur retenue, leur douceur ou la très forte charge émotionnelle qui se dégage des textes. « Sa Majesté », ludique et ironique, semble construire un lien, un pont vers les titres les plus forts de Noir Désir.

Et puis viennent les titres de Noir Désir. « Des visages des figures » et « A ton étoile » sont les premiers emprunts tirés du répertoire du mythique groupe des années nonante. Plus tard, « Lazy » et « Le Fleuve » font tour à tour monter la tension et l’adrénaline. Enfin, « Fin de siècle », « Comme elle vient » et l’incontournable « Tostaky » allument  chacun la mèche d’une salle et d’une scène qui ne demandaient toutes deux qu’à exploser comme aux temps de nos jeunes années.

« Droit dans le soleil » et « Le vent l’emportera » seront quant à eux sublimés en live par la présence supplémentaire d’instruments à cordes comme le violon ou le violoncelle. L’occasion pour le public de saluer la régionale de l’étape, qui a par ailleurs participé à l’enregistrement de l’album de Détroit, à savoir la violoniste belge Catherine Graindorge.  

Sur scène, comme au temps de sa splendeur, Bertrand Cantat n’a rien perdu de cette puissance, de ce charisme ou de ce magnétisme qu’il dégageait autrefois.  

A la toute fin du concert, les spectateurs reprennent en chœur et a capella le refrain de « Comme elle vient » et tentent longuement, mais hélas en vain, de décrocher un ultime rappel. Malheureusement il est déjà vingt deux heures trente et l’Ancienne Belgique ne dérogera pas à la règle qu’elle s’est imposée de ne pas aller au delà de cette heure fatidique. Dommage, à une autre époque, les lumières se seraient ré-éteintes et Détroit aurait certainement répondu à l’extraordinaire ferveur du public par un titre supplémentaire.

A ce propos, ça y est, j’ai retrouvé le souvenir d’un concert aussi fort et incandescent que celui dont je viens longuement de vous parler, un concert où le public est parvenu à décrocher un vrai rappel et ce malgré les lumières rallumées dans la salle et une musique d’ambiance diffusée dans les enceintes de la salle. C’était aussi à l’Ancienne Belgique, le jeudi 20 avril 1989, et ce soir-là sur scène, il y avait un jeune groupe bordelais nommé… Noir Désir.

A noter, à souligner en rouge et à surligner au stabilo jaune fluo, la présence de Fat Supper en première partie. Originaire de Rennes, en Bretagne, ces derniers ont plus qu’attiré mon attention. Je serai heureux de les voir à nouveau en salle quelque part à Bruxelles. Fat Supper, à suivre donc…

Détroit sera à Dour le 17 juillet et à l’Ancienne Belgique le mardi 7 (c’est complet) et le mercredi 8 octobre.

Dans la salle : Cathy, Arnaud, Fred, Jean-Yves, Paul, Philippe.

A lire sur Minuit dix, quelques archives sur Noir Désir à l'Ancienne Belgique - en 1989, en 1991, en 1997 - à Chenée, au Cirque Royal et à Dour en 1993, et aux Halles de Schaerbeek en 1997.

Setlist: Ma muse / Horizon / Des visages des figures / A ton étoile / Le creux de ta main / Lazy / Le fleuve / Lolita nie en bloc / Ange de désolation / Null & void

Droit dans le soleil / Glimmer in Your Eyes / Sa majesté / Fin de siècle / Tostaky

Le vent nous portera / Comme elle vient