gih

Ancienne Belgique

Le vendredi 22 novembre 2013

Il y a trois ans de cela, Denis Wielemans, batteur des Girls in Hawaii, trouve la mort dans un tragique accident de voiture à Bruxelles. A la douleur de perdre un être cher succède alors l’incapacité, pour le groupe, d’envisager simplement un avenir. Pendant deux longues années donc, Girls In Hawaii se met en pause. 

Au cours du premier semestre de l’année 2013, le groupe originaire de Braine-l’Alleud se reconstruit peu à peu et trouve un nouveau souffle avec les parutions de deux nouveaux singles, Misses en avril et Not Dead en août. En septembre enfin, les Girls In Hawaii signent définitivement leur retour avec leur troisième album, Everest. Un album somptueux, céleste, aérien qui compte personnellement pour moi comme l’un des plus beaux de l’année écoulée. Et pour ne rien gâcher, mes filles Méline et Fanny, âgées respectivement de dix et de huit ans l’adorent elles aussi.

Cette semaine, les Girls In Hawaii effectuaient leur grand retour en salle en Belgique par deux dates ultra soldout, le jeudi au Cirque Royal et le vendredi à l’Ancienne Belgique. Deux concerts salués unanimement pour leur grande qualité. Deux soirées extrêmement riches en émotions, tant le public a réservé au groupe belge un accueil on ne peut plus chaleureux. Sur Frontstage, Thierry Coljon parle d’une prestation touchant à la perfection. Lyrique, il écrit : « (…) Le pouvoir de la musique du groupe brainois : accompagner la solitude pour la chasser, emplir nos vies d’un sentiment de plénitude. La perte, le chagrin, l’état de lévitation, les coups de blues, le mal-être… trouvent avec les Girls leur antidote. La puissance et l’énergie du groupe sont leur force sur scène et on en sort ragaillardi, comme anesthésié contre les frimas de la vie. » Que voulez-vous ajouter à cela ? 

Au fur et à mesure de la soirée, tandis que les Girls In Hawaii dévoilent une setlist qui n’omet aucun titre important de leurs trois albums (Not Dead, Misses, Switzerland, Found In The Ground, Organeum, 9.00 AM), l’Everest apparaît peu à peu derrière eux dans toute sa majesté et prend presque vie grâce à un subtil jeu d’ombres et de lumières.  Celui-ci scintille de mille étoiles puis se voile lentement de neige ou de brouillard. A la fin du set, en rappel, la scène s’habille d’un rouge vif incandescent pour un fiévreux Flavor que le groupe étire à la manière d’un Noir Désir de la grande époque. Jouissif!

Petit souvenir plus personnel… Tandis que la jeunesse se lovait paresseusement dans les fauteuils moelleux du fond du premier étage, les "vieux" étaient à l’avant, debout dans la fosse. Je vous le dis moi, y a plus de jeunesse !

L’entièreté du concert des Girls In Hawaii est en ligne – entre autres – sur la page Facebook de Minuit dix. Merci Arte Live Web.

Avec Cathy, Elise et Roxane

Luc ;-) 

 

IMG_1991